donniedarko-790x445

Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle critique concernant le film Donnie Darko sortie en 2001 et réalisé par Richard Kelly. Avec dans le rôle-titre Jake Gyllenhal qui nous livre une superbe performance malgré son jeune âge (il avait seulement 21 ans) et dont je conseille d'ailleurs la filmographie car il n'a pas cessé de bien jouer après toutes ces années. Aujourd'hui on parle d'un film qui parle de lapin, voyage dans le temps et physique quantique !!

 

Donnie Darko raconte l'histoire d'un adolescent de 16 ans nommé Donnie Darko (sans blague) qui a certains problèmes selon son docteur et ses parents. Un soir après avoir été sauvé d'un réacteur d'avion tombé sur sa chambre par Frank un lapin qu'il est le seul à voir et entendre, celui-ci lui annonce un temps restant avant la fin du monde et lui dit d'accomplir sa destinée.

 

Ce film est l’un de mes chouchous, je l'ai découvert il y a un an, je l'ai revu pour cette critique et je ne m’en lasse pas !! Donc commençons par évoquer les acteurs : je les trouve tous très biens dans leurs rôles même s'il faut avouer quelque chose de très simple : Jake Gyllenhal est clairement au-dessus du reste des acteurs même si dans le dit- casting on compte Patrick Swayze et Seth Rogen qui sont des acteurs assez connus, bien plus que Jake Gyllenhal à l'époque (seulement son deuxième film). Je trouve sa performance extrêmement humaine et le rôle de Donnie est très bien écrit. Donnie Darko n'est pas la représentation typique des adolescents mais au contraire il les représente très bien et le personnage ne ressemble pas à un adolescent il en est totalement un. Perdu entre ces pensées qu'apportent l'adolescence et également les visions qu'il a, et dont il ne sait s'il a un « problème » comme le dise ces parents ou s'il subit les visites d'un voyageur du temps comme lui dit Franck le lapin (bien sûr j'y reviendrais dans une future partie spoiler). Donnie n'est pas un personnage manichéen, soit tout gentil ou tout méchant. Comme toute personne il fait des choix qui ont des conséquences cependant il ne dirige pas ses actes avec une attention d'être gentil ou méchant, ce que je trouve être très intéressant. La relation de Donnie et de Franck est également très intéressante, selon le contexte Donnie ne se comporte pas de la même façon avec lui. En plus il y a cette dualité entre le fait qu'il dit à son docteur que Franck est imaginaire tandis qu'avec lui il lui fait comprendre clairement qu'il croit en son existence. Et tout le film joue avec cette idée : est-ce qu'on suit un jeune homme victime de schizophrénie paranoïde ? ou bien s'agit-il de tout autre chose ? Et jusqu'à l'acte final on n'a aucune réponse sûre. J'aimerai passer maintenant aux effets visuels.

En effet pour un film de 2001 ils sont très réussis, il n'y en pas pendant tout le film évidemment mais pour ce qu'il y a, ils sont très bien faits. La scène qui m'a le plus marquée et que j'ai préféré est celle où Donnie et Franck s'observe à travers le miroir et où Donnie donne des coups de couteau dans le miroir qui entre en résonance avec Franck. Ensuite j'aimerais revenir sur le fait que les acteurs les plus connus du films (à l'époque en tout cas) soient dans des rôles bien plus secondaires est un choix très bien pensé de la part de Richard Kelly.

 

Bon maintenant j'aimerai faire un petit paragraphe SPOILER afin de me pencher sur une interprétation du film à partir de ce que j'ai moi-même compris, ainsi qu'après m'être renseigné sur les pensées de Kelly et vu quelques vidéos. Donc, malgré ce que je pensais à mon premier visionnage, ce film ne parle pas de la folie de son personnage mais parle bien de voyage dans le temps, physique quantique et d'univers parallèles. Cela peut paraître stupide comme ça mais laissez-moi m'expliquer. Tout commence lorsque le réacteur d'avion atterrit dans la chambre de Donnie alors que celui-ci n'y est pas. A ce moment on a deux timelines, celle qu'on nous montre dans le film où Donnie a survécu au crash dans sa chambre et celle où Donnie est resté dans sa chambre et s'est sacrifiée à la fin du film. Comme le dit Donnie lui-même à son docteur sa plus grande peur est de mourir seul et sachant cela, Dieu, le destin ou l'univers (peu importe le nom qu'on lui donne ) décide de lui montrer une autre réalité. Ainsi Donnie subit en quelque sorte un principe connue dans la physique quantique : le paradoxe du chat de Schrödinger. C'est à dire que Donnie est dans un état très spécial car il est à la fois mort et vivant. Ensuite tout est en boucle dans ce film, les choses se répètent et on a des fusils de Tchekoff partout : les coups de couteau de Donnie dans le reflet de Franks rebondissent sur l'œil dans lequel il va lui tirer une balle plus tard dans le film, quand Donnie évoque son passif et le fait qu'il brûlera plus tard une maison dans le film, les messages sur le frigo sont aussi révélateurs de la suite de l'histoire comme le tout premier message qui dit « Where is Donnie ? » ce qui est vraiment significatif sur l'état de chat de Schrödinger que subit Donnie. A la fin du film Donnie comprend donc que la seule possibilité pour que sa petite amie, sa mère et sa petite sœur reste en vie, il doit mourir. Cela ne signifie pas que tout ce que si s'est passé dans l'univers parallèle est inutile car il permet à Donnie de comprendre que sa mort n'est pas inutile et qu'il ne meurt pas si seul que ça. C'est pour cela que toutes les personnes sont touchées au moment de sa mort y compris pour les phénomènes de l'autre timeline (c’est pour ça que Franck se touche l'œil blessé par balle).

 

Ce film de Richard Kelly est très bon, que ce soit au niveau de l'écriture des personnages, du scénario, du visuel ou du montage. Il a assez bien vieilli à mon avis et je l'aime énormément après mon premier visionnage je suis resté bloqué devant ce que j'avais vu car je ne m'attendais vraiment pas à ça et j'ai beaucoup apprécié de le revoir et je vous le conseille vraiment. Même si ce film n'a pas eu un immense succès à sa sortie au fil des années il a pris un stade de film culte et je suis totalement d'accord avec ça.

 

PS : S.Darko : L'héritage du sang est une hérésie dont Richard Kelly n'a pas pu avoir son mot à dire. Il ne l'a jamais vu et je ne veux jamais le regarder et je suivrais donc son exemple et je vous conseille de faire de même.

 

 

( Bonus interprétation de Andy : Lors du début du film, en cour, Donnie parle de détruire pour mieux reconstruire, peut-être que le film ne possède qu’une seule time line et qu’elle tourne en boucle,(c’est un tour de la boucle qui nous est montré dans le film) si Donnie ne meurt pas par le réacteur, alors il arrivera jusqu’à la fête et ses parents prendront l’avion, cet avion se désagrègera en vol, le réacteur passera à travers le temps et retombe sur Donnie, en se suicidant Donnie va mourir mais sa famille ne reprendra pas l’avion, ainsi il se détruit afin de créer un autre Donnie, en se tuant, les évènements du film n’auront pas lieu, et donc le réacteur ne traversera pas le temps et un autre Donnie aura une chance de vivre sereinement sans Franck pour le sauver, la présence du lapin au début et l’homme en costume de lapin à la fin prouve bien que cela se rejoint et qu’il s’agit d’une boucle, peut-être que l’inconscient de Donnie se souvent de tout les passage dans cette boucle, on parle souvent d’éveil de l’inconscient dans le film notamment a travers l’hypnose. Le film est bien un film qui parle de temps plus que de folie, Donnie est une anomalie dans ce temps et il va devoir se détruire pour mieux le reconstruire. Ou peut- être que le temps a préférer sacrifier Donnie et laisser vivre les gens de l’avion car on l’oubli assez vite mais les gens de l’avion vont logiquement ouvrir et le temps a trouver un moyen de le sauver en faisant voyager le réacteur. Mais on arrive assez vite à un paradoxe il faut donc mieux envisager plusieurs times line et surtout une crée par Donnie ou il s’est reconstruit une ligne de vie en « annulant le vol » et en mourant, au final Donnie meurt seul, mais surtout il ne meurt qu’une seule fois, d’autres Donnie vivront grâce à cette mort car ils ne recevront pas le réacteur d’avion dans leurs dimensions.

PS : Je ne regarderai jamais S Darko, casting aléatoire, résumé de film lambda et surtout dans mon interprétation, Donnie brise la boucle, le film se suffit à lui-même et pour moi, même Richard Kelly n’a aucune raison d’en faire un deux. )

giphy