42727658_190359381851031_3006529965362511872_n

 

Bonjour et bienvenue à tous dans cette critique qui va concerner le film Mandy réalisé par Panos Cosmatos, qui est aussi co-scénariste avec Aaron Stewart-Ahn. Avant d’entamer cette critique qui sera assez courte, voici déjà un petit résumé .

En 1983, Red Miller est un bucheron incarné par le très connu Nicholas Cage et mène une vie paisible avec sa compagne Mandy Bloom (jouée par Andrea Risebourough) dans leur maison isolée à Pacific Northwest. Un jour un petit groupe d’une secte religieuse dirigé par un certain Jeremiah Sand repère Mandy Bloom et décident de se rendre chez eux pour la bruler vive devant son compagnon. Red Miller va alors se préparer à tuer un par un chaque membre de ce groupe afin de venger sa bien-aimée.

Comme dis précédemment je vais tacher de faire assez court dans le sens ou cette critique aura pour but de donner envie de voir ce film, puisqu’il n’est pas encore sorti dans les salles françaises et pour l’heure on ne sait même s’il sera distribué en France, et dans un grand nombre de salles ou pas, l’idéal étant de le voir dans de bonnes conditions pour vivre le mieux possible cette expérience hors du commun.

Mandy est un thriller Horrifique fou, d’une incroyable beauté dans sa réalisation et dans sa photographie, il est inutile de qualifier le film autrement, c’est un trip visuel monumental, parfois assez gore mais à aucun moment laid ou vulgaire dans l’horreur. Nicholas Cage pour sa part fait incroyablement bien le boulot, souvent décrit comme un acteur qui surjoue beaucoup, il trouve dans ce film très bien sa place puisque son jeu est parfaitement en accord avec l’ambiance et le propos du film, tout est surréaliste, tout est décalé de la réalité et on le voit assez bien une fois que Red Miller perd sa bien-aimée, le film devient un vrai trip horrifique.

Pour ce qui est de la musique, je l’ai trouvé personnellement magnifique d’autant plus qu’elle fut composée par le défunt Johann Johannson, décédé en février 2018, notamment connu pour avoir composé la bande originale de Premier contact et Sicario de Denis Villeneuve, Mother! de Darren Aronofsky et pleins d’autres. Le film de Panos Cosmatos est d’ailleurs dédié à la mémoire de Johann Johannsson.

Pour conclure, Mandy est pour moi la claque horrifique de l’année, j’espère le voir sortir en salle comme il le mérite et que plus de gens pourront le contempler, il reste néanmoins un film pour un public restreint tant il est violent, mais reste d’une qualité irréprochable et ravira les fans de cinéma de genres.

42822515_269653673685227_1214508393578889216_n