L

37390396_2099426220319385_5460219733318041600_n

Bonjour et bienvenue à tous dans cette critique qui va concerner un film de 2014, du réalisateur acclamé pour son récent LA LA LAND, Damien Chazelle, on va donc parler de son long métrage précédent, Whiplash. Le réalisateur est au scenario et à la réalisation, et à la production il est ,je pense, important de dire qu’il y’a la société Blumhouse, ou celle qui produit les films d’horreurs (Sinister, Split, Get Out, Happy Birthdead …) c’est curieux mais pourquoi pas. Je parlerai souvent de Blumhouse dans une autre critique. En attendant l’habitude de Blumhouse est de produire des films touchant le public adolescent, des films d’épouvante-horreur avec de nombreux screamers, qui sont des sortes d’attractions horrifiques cependant parfois on trouve quelques surprises dans leurs productions, on retiendra le film d’horreur très politique comme Get Out de Jordan Peele, ou des films à part comme Split de M. night Shyamalan qui est selon moi l’un de ses meilleurs films, mais comme exception, il y a aussi bien sûr, Whiplash de Damien Chazelle.

La critique ne contiendra pas de spoiler, cependant attention la fin du film contient un petit retournement de situation qu’il vaut mieux découvrir par soi-même.

Andrew Neiman (Miles Teller) est un jeune étudiant de 19 ans et rêve de devenir l’un des meilleurs batteurs de Jazz de sa génération, il étudie au conservatoire Shaffer, une des plus prestigieuses écoles de musique du monde se situant à Manhattan, un jour il est repéré par Terrance Fleitcher (joué par J.K Simmons), professeur aussi incroyable qu’impitoyable.

Et pour commencer, il faut parler des multiples récompenses que l’acteur J.K Simmons a reçu, que cela soit aux oscars (meilleur acteur dans un second rôle), ou goldens Globes ou dans d’autres cérémonies moins connues du grand public. Bien sûr que J.K Simmons mérite son oscar et toutes ses récompenses, il est à lui seul un énorme point fort du film, et il sera pour moi l’un des acteurs m’ayant le plus marquer pour son rôle dans Whiplash. Miles Teller et J.K Simmons sont les piliers du film en termes d’acteurs et à aucun moment ils n’échouent dans leurs performances hors du communs, évidemment J.K Simmons est au-dessus puisque son rôle lui permet de montrer tout son talent et étant largement plus vieux il a plus d’expérience.

Pour ce qui est de la technique, ça a été particulièrement vu et acclamé sur LA LA LAND, et c’est le cas sur Whiplash, c’est impeccable, on retrouvera des plans et des lumières juste incroyables, notamment une omniprésence du jaune surement pour la couleur des instruments de jazz. Le film a eu l’oscar du meilleur montage et on comprend vite pourquoi, il est incroyablement dynamique et parfois calqué sur des battements musicaux, ce qui explique son troisième oscar pour le mixage son.

Enfin j’aimerai parler d’un thème très cher à Damien Chazelle, Le jazz, on peut le voir dans les deux dernières réalisations (First Man n’étant pas encore sorti), cet homme aime la musique, il appuie le fait qu’il faut la sauver dans LA LA LAND et montre que c’est un sport et un épanouissement dans Whiplash, je ne fais absolument pas de musique et en ayant su le thème du films j’avais peur de m’ennuyer en le regardant comme je pensais ne pas aimer les comédies musicales avant de regarder LA LA LAND. Dans Whiplash, c’est cette musique qui fait vivre Andrew qui le fait rêver, cette musique en qui plus personne ne croit, même sa famille

Enfin il faut approfondir le personnage de Terrance Fleitcher, extrêmement difficile à cerner tant on peut le considérer comme source d’épanouissement pour Andrew mais aussi comme antagoniste car oui Terrance Fletcher est abominable quand il s’agit de cours de musique, mais comment est-il en dehors ? une scène le montre parler à une petite fille très gentiment dans le couloir, une scène que Andrew voit discrètement, puis quelques secondes après, Fletcher redevient impitoyable, il y a aussi le moment où ce dernier joue du piano, c’est la musique la plus calme du film, cet homme qui incite ses élèves à être rapides au point de saigner des mains à cause de l’effort joue la musique la plus douce, et malgré ce coté impitoyable, Andrew admire Fletcher, il l’aime comme un père, puisque la relation avec son vrai (joué par Paul Reiser), est Creuse, c’est seulement à la fin du film que son père est là pour Andrew, et c’est après que son père l’ait serré dans ses bras que Andrew rebroussera chemin pour s’épanouir, on sais qu’il est peu sociable et qu’il n’a pas d’amis, il est allé jusqu’à détruire son couple pour cette musique qu’il aime, il est aussi fou que son professeur, l’un espère devenir un prodige, l’autre espère en trouver un.

J’ai personnellement énormément aimé ce film , il est incroyable tant il a un schéma narratif peu commun, les 1H45 de films passent très vite, on perd pas le temps à présenter les personnage on les voit des le départ dans une scène d’à peine 2min, une scène qui peut vite virer au ton comique mais ce ton comique se perdra lorsque l’on découvre plus précisément les personnages.

37395423_2099426353652705_1229298010383450112_n