maxresdefault (3)

Bonjour, bonsoir à tous, bienvenue dans cette critique assez spéciale puisque le sujet sera non pas un long-métrage mais un documentaire réalisé par Franck Pavich sur un film qui ne fut jamais réaliser. Il s’agit évidemment de… et non ce n’est pas Lost in la Mancha, mais Jodorowsky’s Dune…

 

Cette critique n’a pas fondamentalement comme but de critiquer le documentaire (il est incroyable et il faut le voir), mais de donner envie à plus de personne de le découvrir. Je vais premièrement vous faire un résumer de ce qu’est le documentaire sans gâcher quelques surprises (car oui, il y a beaucoup de choses dans ce documentaire qu’il vaut mieux découvrir par soi-même). Ensuite je ferai une courte critique, enfin je proposerai d’approfondir le propos du documentaire car il est important de préciser que ce documentaire n’est pas seulement la présentation d’un projet non réaliser mais c’est aussi une réflexion sur l’industrie cinématographique depuis les années 70. Si jusqu’ici cela vous rend curieux et que vous n’avez pas vu le documentaire allez le voir et s’il suffit d’une phrase pour pouvoir donner l’envie d’aller le voir …

Si Dune de Jodorowsky avait été réaliser et avait trouver son public... cela aurait été un tournant pour l’industrie cinématographique, les blockbusters actuels n’auraient peut-être pas vu le jour ou alors différemment. Mais je développerai ça dans la dernière partie.

L’Histoire d’Alejandro Jodorowsky étant facilement trouvable sur internet et visible dans le documentaire je vais vous épargner cette partie historique et surtout m’attarder sur ce qu’est pour moi Alejandro Jodorowsky, avant d’être le réalisateur de ses nombreuses œuvres cinématographiques A. Jodorowsky est un homme de théâtre, un poète, quelqu’un qui aime l’art et surtout il aime créer. Parmi ces œuvres filmographiques connues il y a Fando y lis qui avait ,dans les années 60, choqué le public il a ensuite créé El topo qui a ouvert le phénomène des midnights movies qui s’est clôturé fin des années 70. Suite à l’argent récolté dans les salles grâce à El topo  dans les cinémas de nuit, il décide de créer La Montagne sacrée qui est une œuvre visuelle, métaphysique au même titre qu’El topo. Après le succès étonnant de La Montagne sacrée, il rencontre à nouveau le producteur français Michel Seydoux, (ayant diffusé La Montagne sacrée en Europe), ce dernier lui propose une nouvelle collaboration sur un film que A. Jodorowsky choisira, et il s’agira bien évidemment d’une adaptation du livre mythique de Franck Herbert: Dune. Ainsi Jodorowsky va réunir pendant 2 ans et demi une équipe folle aussi bien composée d’artistes que de génies du cinéma et va mettre au point quelque chose qui a l’époque n’était pas constamment fait : un storyboard contentant plan par plan ce qu’aurait dut être le film. Ce storyboard était fait pour avoir la confiance des producteurs hollywoodiens car le film était estimé a 15 millions de dollars qui était une belle somme dans les Années 70 , évidemment le storyboard n’a pas suffi à acquérir la confiance des producteurs et le projet fut annulé( l’importance du documentaire étant de montrer comment et pourquoi est venu cet échec ).

Le projet à été ensuite repris par la fille du producteur Dino de Laurentis et mis en scène par David Lynch en 1984. Un film que lui-même a renié, surement à cause de la production qui a empiéter sur le résultat final.

 

On démarre donc ici la critique du documentaire qui va être assez courte, déjà en négatif on pourrait parler de la durée du documentaire car oui on en veut plus ! On veut voir le projet de Jodorowsky entièrement et ces une heure et demi nous mettent juste l’eau à la bouche. On peut aussi lui reprocher de prendre partie uniquement pour lui personne ne fait une réelle critique de ce qu’aurait pu être le film de Jodorowsky, un producteur en parle assez vite et critique par exemple la durée qu’aurait pu atteindre le film ou le fait que les producteurs eussent peur que le budget explose.

Bon vous avez compris ce n’est pas vraiment des points négatifs dans le sens où on peut vite les contrer en disant que le but du documentaire est de montrer ce qu’aurait pu être ce film il en montrer assez pour frustrer le spectateur et lui donner envie de voir rien que le storyboard de plus il est normal que le documentaire prenne parti pour jodorowsky et son œuvre, il faut bien sur se dire que la majorité des intervenant voudraient aussi bien que le spectateur que ce film existe. Il est surtout ici question de critiquer le propos du documentaire et je passe donc pour cela à la troisième partie.

Le propos du documentaire est simple, les rêves peuvent changer le monde, et ici le projet de vie de Jodorowsky n’a pas été réalisé, mais ce n’est pas pour autant qu’il n’a pas influencer le cinéma. Ce projet pour moi avait deux conséquences :

Exister et bouleverser le milieu cinématographique en termes de film d’auteurs. Ou du moins changer la perception des blockbusters, on peut par exemple assez vite conclure que si Dune avait été fait il aurait été réaliser avant La Guerre des Etoiles de Georges Lucas et en même temps que Les Dents de la Mer de Spielberg qui est dit comme le premier blockbuster en termes de divertissement. De plus si Dune avait été réaliser l’équipe dessus n’aurait surement pas travailler sur un autre film de science-fiction bien connu (Alien) et comme dit dans le Documentaire, si Alien n’existe pas, Blade Runner n’existe pas … et toute la science-fiction qui découle de ses films aurait surement été surpassée par Dune, largement en avance sur son temps.

Le film n’ayant pas été fait pour des cause de craintes, surement lié au passé cinématographique de Jodorowsky, c’est le deuxième cas de figure qui s’est produit… le projet est tombé, certains membres de l’équipe qu’avait réunis Jodorowsky sont aller accompagner Ridley Scott pour Alien (scénario, design de la créature…) et les story-boards de Dune ayant circuler dans Hollywood il est impossible de penser qu’aucun réalisateur n’y a jeter un coup d’œil, tous les films de sciences fiction faits après cette période, ont pris un petit quelque chose de Dune. Le rêve de Jodorowsky parcours aujourd’hui tous les films même les plus gros blockbuster, parfois involontairement évidement c’est à limiter mais il n’empêche que ce Dune aurait pu être le film le plus avancé de tous les temps, en terme de mise en scène d’idée, bien plus que 2001. Le film aurait pu aussi ne pas trouver son public et être oubliable, c’est à limiter bien sûr mais malgré la durée prévue pour le film il aurait surement trouver son public, ce même public qui 3 ans après a rêver grâce au début d’une trilogie qui sera l’une des œuvres les plus cultes que le monde ait connu...

Pour conclure, ce documentaire est à ne pas manquer, il est impossible pour quelqu’un qui aime le cinéma, d’être insensible à l’échec de ce projet, il s’agit de l’échec d’un projet de vie qui aurait pu bouleverser la machine économique qu’est aujourd’hui Hollywood et aurait pu transformer la façon dont sont vue les films d’auteurs. A noter qu’une adaptation de Dune par Denis Villeneuve est en cours de production à l’heure actuelle.

Andy